La commune
Mairie
SIVOM
Ecole
Social
Bibliothèque
Urbanisme
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Historique - Notes historiques


 

Notes historiques sur Saint-Médard d’Aunis

 

 

Jean-Claude Bonnin est l’auteur des notes historiques sur Saint-Médard d’Aunis et Montroy. Ces notes ont été publiées à La Rochelle en 1988.

 

 

Saint-Médard et ses anciens seigneurs :

 

Il est difficile de déterminer quel était primitivement le régime féodal du territoire de Saint-Médard. Au moyen âge, il semble morcelé entre différents possesseurs relevant de grandes seigneuries. Quelques fiefs paraissent appartenir au prieur-doyen du lieu, relevant du roi sous le régime des francs-fiefs. Une grande partie des autres fiefs dépendaient du  seigneur de Montroy, sous l’hommage aux seigneurs de Nuaillé ou de Mauzé, selon le cas ; quelques-uns, de celui de Saint-Christophe, vassal du seigneur de Pauléon. La plupart des fiefs situés à l’est relevaient du seigneur de Surgères. Cependant, tous ces fiefs étaient bien signalés comme « situés en la paroisse de Saint-Médard, en Aunis ».D’autre part, les seigneurs de Nuaillé, Mauzé, Pauléon et Surgères étaient eux –mêmes tous vassaux du seigneur de Benon.

 

A une époque indéterminée, le seigneur de Saint-Christophe  avait acquis tout ou partie des droits seigneuriaux sur le village de Saint-Médard et les fiefs du prieur, qui paraissent avoir été intégrés à sa châtellenie de Saint-Christophe. 

 

Les premiers seigneurs de Saint-Christophe connus appartenaient à une famille Pelisson. En 1385, Vincent Pelisson était seigneur de Saint-Christophe. Le 20 mai 1381, Arnaud Pelisson, bourgeois de La Rochelle, avait rendu hommage au seigneur de Surgères pour certains fiefs. Les notes du Père Jaillot nous signalent aussi, en 1420 , Regnaut Pelisson, puis Jeanne de La Jarrie, femme d’Eliot Brassard ; en 1460, Jean et Pierre de l’Hommeau ; en 1476, Jean, vicomte de Rochechouard ; en 1496, Pierre Furgon.

notes2.jpg

             Les armes de la famille Furgon de l’Echevinage de La Rochelle, portaient une fasse fuselée, accompagnée d’une couronne d’épines en chef de deux molettes d’éperon en pointe.

 

 

Pierre Furgon, écuyer, seigneur de Peray, conseiller, maître d’hôtel du roi et son receveur des aides en Saintonge, ville et gouvernement de La Rochelle, maire de cette ville en 1476 et 1482, fut seigneur de la Rimagerie et de Saint-Christophe. Le 29 janvier 1477, il fournit aveu et dénombrement de sa châtellenie de Saint-Christophe au baron de Pauléon. Il en fournit un second au baron de Surgères, le 2 mars 1496, pour certains de ses fiefs relevant de cette baronnie. Il avait épousé Marie Mercier, dont il eut plusieurs enfants.

 

Claude Furgon, écuyer, seigneur de Saint Christophe et du Fresne, en Aunis, fils du précédent, fut maire de La Rochelle en 1524 et 1553. Le 20 juin 1508, il partagea avec ses sœurs, Mari et Perette, la succession de leurs parents. Pour le partage avec sa sœur Catherine, femme d’Etienne Langlois, Claude Furgon avait

« démembré  et alliéné de ladite chatellenye…pour l’assiette de cinquante livres tournois de rente ou revenu,

l’église et seigneurie sur le prieuré de Saint-Médard, le village de l’Aubertière et ses dépendances qui estoient de sadite seigneurie ».Malgré le peu de détails, nous trouvons que le bénéficiaire de cette cession fut l’abbaye de Cluny, dont dépendait le prieuré de Saint-Médard.

page 1/6

 

page suivante 


Date de création : 09/04/2009 17:07
Dernière modification : 13/04/2009 18:00
Catégorie : Historique

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Webmaster
Transport en commun
Le journal communal
livre_015.gif
 
 
           
Associations
Santé
Manifestations
Déchetteries
Tourisme
Nos passionnés
 
Design Charly © 2007- Reproduction interdite